Excellent masque coupe-vent Herobiker pour le tourisme et le pokatushek en saison froide

Il se trouve que tout mon réel et apparemmentLes vestes chaudes de demain ont un problème de conception fatal: un large col qui s'attache presque toujours à cause d'un foulard détesté. Par conséquent, la recherche était axée sur le désir d’avoir un poste permanent, mais adapté à la protection du visage et du cou. Ce qui est venu de cela - lire dans cette critique.
La tâche principale est bien sûr d’éviter toute gêne lors des campagnes de randonnée en automne-hiver. Non sans une certaine part d’esthétique du cycle fétichiste. Le résultat de la recherche a été un masque de foulard sous la marque HEROBIKER.

Le masque ressemble à un foulard ordinaire, mais se compose de 2 parties. La moitié inférieure est composée de parties coupe-vent et chauffantes, le non-tissé élastique supérieur avec des propriétés de membrane (mais cela n’est pas précis).



Tout cela est cousu avec une couture plate, et tout à faithaute qualité. Rien ne frotte et ne se dissout pas. Le fabricant fabrique des buffs avec des coutures de deux couleurs: rouge et vert. Il y a un serrage supplémentaire sous la forme d'un cordon en caoutchouc, qui est fixé en position avec un clip à ressort.

J'ai eu ce miracle en seulement 2 semaines. Dans notre région, le temps neigeux s’est établi avec une brise vivifiante de moins de 16-20 m / s. Il est temps de faire une petite promenade et de l'expérience :-).
Initialement, un petit itinéraire était prévu - une route forestière incurvée entre deux agglomérations de 6 km de long.

Mais dès qu'il est entré dans le sentier, quelque part dans les profondeurs de la forêt, un ventilateur géant a commencé à fonctionner et le masque a été immédiatement nécessaire.

Qui a utilisé la combinaison ou la cagouleconnaît cette sensation de «combinaison spatiale» lorsque l'environnement est isolé du corps. À propos du même sentiment que j'ai éprouvé en me déplaçant à travers le voile enneigé. Fliska adhère confortablement et doucement au visage, le vent et le gel ne sont pas terribles.
Après environ 20 minutes, le ciel prit pitié, les nuages ​​se dispersèrent et le soleil se leva à contrecœur.

Cela nous a permis d'essayer d'autres manières de porter un masque.


La surface intérieure est légèrement moelleuse, doncIl n'y a pas de contact direct entre le tissu et la peau. Le souffle n'est pas déprimé, libre de se déplacer à pied ou avec un effort physique. La manière de respirer est venue d'elle-même - une inhalation uniforme par le nez, expirez par la bouche. La chaleur expirée est sortie des oreilles, les réchauffant ainsi.

La sous-couture supérieure ne permet pas le masqueglisser vers le bas. Si vous le souhaitez, pour plus de fiabilité, vous pouvez ignorer la gomme à l'intérieur de la passerelle. La partie inférieure du masque n'est pas soufflée, repose parfaitement sur le cou et fait office de foulard. Au fait, presque pas de transpiration.

Je me suis un peu laissé emporter par les tests et j'ai traversé environ10 km La condensation formée à l'intérieur, il s'est avéré être facile à enlever. C’est suffisant de baisser la toison du nez. Quelques minutes de ventilation - et encore tout va bien.
Pourtant, les nuances ont été trouvées. Les lunettes de vélo pleine taille transpirent comme une cagoule, mais les lunettes à verres interchangeables (plus de verres ouverts ci-dessous) sont tout à fait confortables.
La neige ne s’arrête pas encore, donc, avecJe porte ce masque avec foulard depuis la deuxième semaine avec plaisir. Les impressions sont extrêmement positives, du moins pour moi. Certes, vous devez traverser cette forêt avec précaution. Les homologues ne sont pas encore habitués à une telle tenue ...
Avec l'arrivée du printemps (j'espère que ce sera en mars), je veux l'essayer sur un vélo et mettre à jour les commentaires.
Busenko recommande!